Interview : Florian Beck-Hartweg – Domaine Beck-Hartweg – Alsace

Avec cette rubrique je lance une série d’interview des « Personnalités du Vin ». Ces interviews seront sous forme écrite et les personnalités interviewées seront acteurs dans le domaine du vin.

Le premier interview pour cette rubrique est celui d’un vigneron alsacien, Florian Beck-Hartweg, qui a repris le Domaine Beck-Hartweg et représente la 16ème génération de la famille.

La Vinosphere de BullOSphere : Racontez-moi l’histoire de votre domaine ?

Florian Beck-Hartweg : Le Domaine existe depuis 1525, sur 16 générations ! Les terroirs granitiques de Dambach La Ville ont toujours été travaillés par ma famille.

La Vinosphere de BullOSphere : Quel est votre parcours avant votre arrivée au domaine ?

Florian Beck-Hartweg : J’ai effectué un BTS viticulture Oenologie, une licence en commerce international puis une année de fac de langue.  J’ai également effectué quelques stages dans des horizons variés, d’un vigneron du village à des collègues en Moselle Allemande ou un stage en Floride.

J’aidais mes parents depuis tout petit, cela m’a toujours passionné. Je suis revenu à plein temps en 2009, année où j’ai officiellement repris la responsabilité du domaine.

La Vinosphere de BullOSphere : Qu’avez-vous fait évoluer depuis votre arrivée ?

Florian Beck-Hartweg : Mes parents avaient entamé une transition vers le bio. Les rangs sont enherbés depuis 1982, mes parents faisaient partie d’une association de viticulture intégrée faisant la promotion de la biodiversité dans le milieu des années 90. Cela nous a permis d’améliorer la santé des sols et des écosystèmes, avec de nombreuses plantations de haies et d’arbres fruitiers notamment. Tout était donc en place pour entamer une conversion vers le bio, ce que nous avons fait en 2008. Au-delà de l’abandon de produits chimiques, nous nous concentrons sur la santé des sols, le soin de la plante, afin d’obtenir des raisins bien sains, mûrs et concentrés. Cette belle matière première nous permet d’éviter l’utilisation d’intrants correctifs en cave, avec maintenant une bonne partie de nos cuvées élaborées en nature. Grâce au travail fait en amont, nous obtenons de belles tenues à la garde et des expressions de terroir précises, la santé des sols amenant des belles structures salines.

La Vinosphere de BullOSphere : Quelles sont les particularités de votre terroir ?

Florian Beck-Hartweg : Nous travaillons sur plusieurs terroirs différents. La plupart de nos vignes sont situées sur des sols granitiques, une partie étant exposées à l’est, les vins sont nommés par notre village, Dambach La Ville, ces vins représentant bien l’élégance de ces terroirs. Sur ces mêmes sols granitiques, mais en exposition sud, nous travaillons sur le Grand Cru Frankstein, qui produit également des vins ciselés, avec une belle profondeur. La salinité cristalline apporte un caractère unique et une belle longueur en bouche.

Nous travaillons également sur un terroir limoneux, le Blettig, qui produit des vins riches, gras et avec de belles largeurs de bouche et des arômes exotiques.

Le terroir gréso-volcanique du Bungertal impose son fort caractère aux vins : riches, expressifs, complexes et baroques, à l’aromatique très marquée, ils emplissent la bouche et proposent une finale portée par des tanins spécifiques à ce lieu.

La Vinosphere de BullOSphere : Quelle est votre vision de la biodynamie et pourquoi avoir choisi ce mode de culture ?

Florian Beck-Hartweg : Nous nous intéressons surtout à la partie respect du vivant et observation. Nous essayons d’être au plus proche de nos vignes et de nos sols, et essayons d’accompagner leur développement et leur santé, plutôt que de lutter contre telle ou telle maladie de manière curative.

Nous utilisons également beaucoup de plantes pour fortifier nos vignes, à base de plantes que nous cueillons dans nos propres parcelles (ortie, prêle, consoude, pissenlit, achillée par exemple). Nous utilisons aussi les préparations silice et bouse de corne pour stimuler nos sols et la vigne.

En revanche, nous ne suivons pas les rythmes cosmiques, la partie plus ésotérique de la biodynamie nous parle moins.  C’est pour cela que nous ne nous faisons pas certifier et nous ne nous revendiquons pas de la biodynamie, bien que pratiquant une bonne partie des préceptes.

La Vinosphere de BullOSphere : Si vous ne deviez conseiller qu’une seule cuvée de votre gamme laquelle serait-elle ?

Florian Beck-Hartweg : C’est difficile car il y a un vin pour chaque occasion et chaque goût, mais notre terroir de prédilection est évidemment le Grand cru Frankstein, l’équilibre, la profondeur, la salinité et la capacité de garde en faisant des vins uniques. Et surtout ils s’accordent extrêmement bien en gastronomie, les plats à base de belles matières premières, brutes et fines, mettent bien en avant la salinité fine typique du lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *