Interview-Dégustation : David Large – Beaujolais

Voici le troisième interview de cette rubrique qui est celui d’un vigneron du Beaujolais. David Large du Domaine David Large.

La Vinosphere de BullOSphere : Racontez-moi l’histoire de votre domaine ?

David Large : On est vigneron de père en fils depuis 1840 (au moins) au bled, dans le village de Montmelas, en Beaujolais Villages.

 

 

La Vinosphere de BullOSphere : Quel est votre parcours avant votre arrivée au domaine ?

David Large : J’ai commencé aide familial. Je ne savais pas si je voulais étudier la vigne ou la littérature. J’ai choisi la vigne.

Je fus installé 3 ans avec mes parents avant leur retraite. Je suis parti dans d’autres régions viticoles, tout en gardant à peine 2 ha de vignes en Agriculture biologique. J’ai fait des expériences en cuverie, dans des bars à vin, bars à bière.. C’était très formateur. Ça m’a sorti de ma campagne.

Depuis Février 2017, je suis définitivement revenu en Beaujolais. J’exploite 5ha de vignes aujourd’hui plus une petite activité de négoce.

 

 

La Vinosphere de BullOSphere : Qu’avez-vous fait évoluer depuis votre arrivée ?

David Large : Je communique plus grâce au blog et à mon compte instagram. J’organise des soirées vin et musique, vin et rap français. Pour initier les gens qui le souhaitent, au vin.

Pas de révolution, mais on peut peut-être dire la certification en agriculture biologique (même si ce n’est ni une fin en soi, ni une évolution).

La création d’un petit négoce et l’obtention de quelques parcelles de cru :). Chaque cuvée, chaque millésime, c’est un hurlement. Il faut que chaque millésime me permette de rencontrer des gens du monde entier, il faut que ça me permette de voyager. Tout ce que mes parents n’ont pas pu faire.

 

 

La Vinosphere de BullOSphere : Quelles sont les particularités de votre terroir ?

David Large : Pour les Beaujolais Villages, ils sont pentus, escarpés avec du granit et beaucoup de Quartz.

Sur les Beaujolais, tout dépend les secteurs, on retrouve du Gohrr rouge et des sols argileux sur la plaine.

Côte de brouilly pleine roche bleue. RocheStar energy drink.

Moulin à Vent, granit rose à faible profondeur.

Sur toutes mes parcelles, je suis souvent en altitude. Les Beaujolais villages blancs sont à 500m par exemple.

 

 

La Vinosphere de BullOSphere : Quelle est votre vision de l’agriculture biologique et pourquoi avoir choisi ce mode de culture ?

David Large : Pour ma santé au départ ( j’ai eu des soucis de par mon passé conventionnel). Et puis je me sens soulagé de travailler le sol. C’est une question de bien être personnel. Ensuite comme je le disais, ce n’est pas une fin en soi. Je cherche des choses en Biodynamie. Sur la philosophie entière, pour saisir le sens.

 

 

La Vinosphere de BullOSphere : Envisagez-vous un passage en Biodynamie ? Si oui qu’est-ce qui vous pousse à aller vers ce mode de culture ?

David Large : Parce que je sens que je vais devoir aller vers la biodynamie, pour ma recherche spirituelle personnelle surtout.

 

 

La Vinosphere de BullOSphere : Certaines de vos cuvées sont dites « nature », qu’est-ce que cela implique au quotidien, à la vigne et au chai, Pourquoi avoir voulu faire du vin nature ?

David Large : Je ne me revendique pas nature. C’est comme le mot “je t’aime”. Ceux qui en parlent le plus me fatiguent. C’est usé. Mais si on parle “Nature”, c’est au moins BIO certifié dans les vignes. Pas d’intrants au chai.. Et très peu de sulfites ou pas du tout. J’entends de tout sur les doses de So2.

Ma cuvée MASSAÏ en Beaujolais Nouveau pourrait se définir nature. Mais je sulfite mes autres cuvées.

Je travaille le cardio fort, dans mon garage, le casque sur les oreilles comme on dit au sport :).

 

 

La Vinosphere de BullOSphere : Pourriez-vous me présenter votre gamme ? Qu’avez-vous eu envie de faire ressortir dans chaque vin ? Avez-vous en projet de créer de nouvelles cuvées ?

David Large : J’ai quasiment une cuvée par parcelle.

Mon blanc s’appelle DOS ARGENTÉ, parce que mon père a des mains de gorille et les cheveux longs blanchis par le temps ou les soucis.

MASSAÏ, c’est mon Beaujolais Nouveau. Parce que je suis parti du village, j’ai ramené la peau du Lion, je veux être chef du village maintenant.

NELSON, en vin de France. C’est mes Beaujolais que je déclasse, parce que les gens me cassaient trop les c******* avec leurs vieilles histoires pétées sur le gout de banane. Nelson c’est mon chat borgne. Et le borgne est roi au royaume des aveugles.

LES GRANDS TERRIERS, Beaujolais villages rouge. Avec une pente d’enfoiré mais un superbe terroir qui ne demande qu’à s’exprimer. 2017 c’est un peu le clip de THRILLER, j’espère réveiller les vieux démons.

THE TOXIC GAMAY’NGER, en vin de France, une petite parcelle de Beaujolais que j’avais mis à part. En hommage à TROMA MOVIES, production de films trash dans les années 80. L’histoire d’un looser qui tombe dans des produits chimiques après un bizutage. Il se transforme en monstre vert, devient l’idole de la ville. C’est ma conversion en bio.

SUPREME, Hommage à NTM. Pas d’écriture sur la contre. Juste un point final. Comme sur l’album.

NAZARETH, C’est une parcelle en Beaujolais revendiqué. Avec un texte sur la contre, en hommage à ce que j’ai connu. Levez votre verre si vous êtes fier.

ÇA, Ma cuvée en Brouilly en Négoce. Parce qu’on m’a dit t’es un clown. Alors je suis le clown de Stephen King.

HEARTBREAKER, Ma cuvée négoce en Côte de Brouilly. Pour LED ZEPPELIN et parce que si mon père avait pas fait vigneron, il aurait braqué des banques il parait. Alors la contre parle d’un braqueur briseur de coeur.

PATATE DE FORAIN, Vin de France. Qu’en magnum. Parce que ça fait moins radin. Et pour la musique qui va avec.

 

 

La Vinosphere de BullOSphere : Si vous ne deviez conseiller qu’une seule cuvée de votre gamme ce serait laquelle ?

David Large : LES GRANDS TERRIERS. Pour le challenge!

Dégustation :

David Large Négoce Cuvée Heartbreaker 2017 :

Le nom de la cuvée, Heartbreaker, est un hommage à Led Zeppelin mais aussi parce que selon lui, son père aurait fait braqueur de banque s’il n’avait pas fait le métier de vigneron.

C’est un 100% Gamay. La vinification est faite en grappe entière. Une macération semi carbonique en cuve béton pur est effectuée suivi d’un pressurage au pressoir Vaslin horizontal. La fin des fermentations s’effectue en cuve fibre et 2g/hl de SO2 est ajouté avant la mise en bouteilles.

 

Robe : D’un beau rubis au reflet violet.

Nez : de grande intensité et gourmand sur des notes de petits fruits rouges comme la fraise et la framboise et de petits fruits noirs comme la myrtille.

Bouche : Tendre, souple, fruité et gourmande même très gourmand sur des notes de fraises, de cerises et de framboises. La finale est de longueur moyenne mais avec beaucoup de fraicheur et de gourmandise.

 

 

 

 

C’est un excellent vin, très digeste, équilibré et avec un fruit très gourmand. A boire maintenant pour savourer pleinement ce fruit gourmand.


 

David Large Négoce
Cuvée Heartbreaker 2017
AOC Côte de Brouilly
100% Gamay
Prix départ cave : xx€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *